Comment est fabriqué le café bio ?

De 2020 à 2021, 197 millions de sacs de café de 60 kg ont été consommés. Ce sont des chiffres impressionnants. Le café figure parmi les boissons les plus appréciées au monde pour diverses raisons. En plus de ses bienfaits, il est disponible en plusieurs formats et types pour le bonheur de tous les consommateurs. En se basant sur les méthodes de culture et de production, il est possible de distinguer le café bio de toutes les autres sortes disponibles sur le marché. Adopté par un nombre croissant d’adeptes du café, il se démarque pour maintes raisons. Comment est-il fabriqué ?

Les différents types de café

Le café existe sous diverses formes pour permettre aux consommateurs de choisir le format qui leur convient le mieux. Tout le monde n’a pas les mêmes habitudes de consommation. Quelles que soient les vôtres, vous aurez le choix entre du café en grain, du café moulu et du café en capsules. Chacun de ces produits a ses propres particularités.

Le sacro-saint café en grain

Le café en grain est celui qui se présente sous la forme des fruits du caféier, l’arbuste qui permet d’obtenir la boisson. Cette forme de café est privilégiée par les traditionalistes pour son aspect naturel et peu travaillé. Cela ne veut pas dire pour autant qu’il est moins bon que les autres types de café. Bien au contraire, le café en grain fait partie des plus savoureux. Il s’agit d’ailleurs de son principal point fort.

Les grains étant intacts, ils conservent tous leurs arômes et leur goût unique. Les molécules aromatiques ne se volatilisent pas et l’oxydation est fortement ralentie. Par conséquent, déguster une tasse de café en grain revient à vivre une expérience gustative sans pareil. À cela s’ajoute le fait qu’il existe des cafés en grain issus de processus de production naturels. Autrement dit, vous n’aurez aucun mal à trouver un café en grain bio qui saura vous convenir. Nous vous le recommandons, car en plus d’être sans danger pour votre organisme, il vous fera profiter de nombreux bienfaits, et notamment de l’effet diurétique qui favorise l’élimination des toxines et la concentration.

Le café en capsule : un choix pratique

Le café en capsule est reconnaissable à son conditionnement dans des emballages. Ceux-ci facilitent son usage, car ils sont adaptés à des machines à café. Pour faire votre choix, vous devrez prendre plusieurs paramètres en compte comme la technologie utilisée ou encore le nombre de préparations à réaliser. Avec le café en capsule, vous pouvez profiter d’une tasse en quelques minutes seulement. Certes, l’opération est plus rapide qu’avec le café en grain, mais la satisfaction que vous en tirez est moins grande. Ce type de café reste tout de même parmi les plus connus pour sa praticité.

capsule de café

Le traditionnel café moulu

Le café moulu est le résultat d’une transformation des grains de café. Ceux-ci sont broyés pour obtenir une poudre facile à consommer. Pour profiter de votre boisson, il suffira de mélanger la poudre à de l’eau (chaude de préférence pour faciliter la dissolution). En quelques instants, vous obtiendrez une tasse de café prête pour la dégustation. Même si le café moulu bat des records en termes de consommation dans le monde, il reste en réalité une pâle copie du café en grain. Ce point est d’ailleurs confirmé par le fait qu’il s’oxyde très rapidement. Une fois votre emballage ouvert, il est préférable de consommer la totalité de son contenu dans les deux semaines qui suivent.

La récolte du café biologique

L’obtention du café bio, qu’il s’agisse de café en grain ou non, demande beaucoup de temps. Il faut aussi faire preuve d’un savoir-faire particulier, car le café est un produit délicat à toutes les étapes de sa vie. La moindre erreur peut avoir un impact définitif sur le goût obtenu à la fin. Il est donc important de suivre un processus bien précis. La récolte représente le début de ce dernier. Elle se fait de deux manières différentes.

La récolte manuelle du café

L’étape de la récolte peut être réalisée manuellement. Autrement dit, chaque cerise est cueillie à la main. Pour utiliser cette technique, il est important de réunir quelques conditions assez simples. Premièrement, il est quasiment indispensable de prévoir une main-d’œuvre importante. Les personnes chargées de faire la récolte devront passer entre tous les plants pour prélever chacun des fruits.

Deuxièmement, il est important que celle-ci soit compétente. Il faut des mains expertes et délicates pour prélever les cerises sans les abîmer, ce qui représente tout l’intérêt de la récolte manuelle.

Pour finir, la récolte manuelle doit être organisée avec des quotas bien définis et des portions de terre délimitées. Cela permet d’éviter la précipitation qui ne peut aboutir qu’à une mauvaise récolte et un café bio loin d’être qualitatif.

La récolte mécanique du café

La récolte mécanique est celle qui est adoptée lorsque le gain de temps est la priorité absolue. Elle s’appuie sur l’usage de machines qui secouent les plantes de sorte à faire tomber les fruits dans des sortes de réceptacles. Bien que cette méthode soit la plus rapide, elle n’est pas la plus recommandée. Il est possible que plusieurs grains de café en sortent complètement endommagés. Parfois, ils sont inutilisables, ce qui réduit les rendements.

Le séchage et le triage

Une fois que les grains de café bio sont extraits, il y a tout un travail qui assure le résultat mis à disposition pour la consommation. Ce travail demande du temps et de l’attention, puisque toutes les étapes contribuent à l’obtention d’un excellent café. De fait, il est fortement recommandé de bien les suivre et de se faire aider de professionnels la première fois.

L’étape du séchage

Comme son nom l’indique, cette étape consiste à sécher les grains de café. Il s’agit de la première action et de l’une des plus importantes. En effet, du soin que vous avez apporté à cette étape dépendra la qualité finale de votre café. Il est également possible de perdre tout ou partie de la récolte à cette étape, qu’il conviendra donc de ne pas négliger.

Par exemple, un café trop sec aura tendance à s’effriter durant le décorticage. Il sera alors considéré comme impropre. De même, un café trop humide va se détériorer avant même son utilisation. Vous devrez donc veiller à atteindre le bon niveau de séchage. Pour y parvenir, vous avez le choix entre le séchage naturel et humide.

Méthode naturelle

La méthode naturelle de séchage des grains de café est assez simple, même si elle demande beaucoup de temps. Elle consiste à exposer les grains récoltés à l’action du soleil ou à une température naturelle élevée. Notez que la durée de cette opération est de 4 semaines.

Pour la mettre en pratique, vous devrez étaler les grains en utilisant un support. Il peut s’agir d’un tamis. Le principal avantage du tamis est qu’il vous permet de retourner les grains de café pour les sécher. Vous devrez renouveler la manœuvre plusieurs fois par jour pour assurer son efficacité. N’hésitez pas à remuer le café de temps à autre pour assurer un séchage uniforme.

séchage du café

Méthode humide

Le séchage des grains de café peut également s’opérer selon la méthode humide. Ici, le travail va reposer sur l’action de l’eau sur votre récolte pendant un certain temps. Pour mettre ce mode de séchage en pratique, vous devrez donc plonger vos cerises dans une grande quantité d’eau. Suite à quoi, il faudra laisser reposer le tout pendant 72 heures.

Cela va favoriser la fermentation du produit et accélérer l’effet que vous recherchez. À l’issue du délai d’attente, vous devrez laver soigneusement les grains et les exposer au soleil. Cette nouvelle étape va durer trois semaines jusqu’à ce que les grains perdent leur protection. Ils seront ainsi plus faciles à manier.

Le triage du café

Lorsque le café est sec, une autre étape, tout aussi importante, reste à exécuter. Il s’agit du triage. Cette opération consiste simplement à séparer les bons grains de café de ceux qui sont endommagés. Les grains trop secs ou pas assez, ou encore ceux qui présentent un risque sont éliminés. L’utilité majeure de cette étape est d’une part de présenter un café pur et de bonne qualité et d’autre part de préparer une distribution différente.

Sur le plan de la qualité, le tri va permettre de débarrasser le café de tout ce qui pourrait constituer un frein à sa consommation. Cela englobe non seulement le café détérioré, mais aussi les impuretés qui pourraient s’y glisser. On utilise alors un crible, un instrument équipé de plusieurs trous pour l’évacuation.

Pour la distribution, le système de tri va permettre de classer les grains selon des critères comme la taille et le poids. Ces informations sont déterminantes pour la présentation et la consommation. À ce stade, les grains passeront dans un système de flux d’air qui servira à la séparation.

Une fois les grains triés, ils feront l’objet d’une dégustation avant la torréfaction. La première étape consiste à goûter le café pour déterminer le besoin de traitement. Quant à la torréfaction, elle consiste à chauffer les grains à 200° en les remuant continuellement. C’est cette étape qui permet de libérer les arômes et le goût du café bio que vous obtenez à la fin.

Share

Déposer un commentaire.

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Share
Share